Nos Johnny's Fansub
Bienvenue sur Nos Johnny's
Afin de profiter de toutes les news, photos, vidéos et autres traductions sur Les Johnny's, veuillez vous identifier si vous êtes déjà membre ou alors de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.
Bonne visite
Toute l'équipe de Nos Johnny's

Nos Johnny's Fansub

Tout ce que vous voulez savoir sur nos Johnny's adorés. Vous trouverez ici des fiches complètes sur eux, leurs news, leurs chansons, photos...
Arashi, Kat-tun, News, Kanjani8, Kis my ft2, Hey say jump, ...

 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [OS] Love is ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Johnny's Love
Sempai
Sempai
avatar

Messages : 625
Date d'inscription : 04/10/2013
Age : 24
Localisation : 77
Emploi/loisirs : Etudiante
Taureau Coq

MessageSujet: [OS] Love is ...    Jeu 26 Mai - 18:20


Titre : Love is ...

Type : One shot

Genre : Romance & Drame

Pairing : Jin/Koichi (principal) Akame, TsuKo, Meisa/Jin (légers)


LOVE IS ....
 
 
Sentant un regard persistant posé sur lui, Koichi détacha son regard de Tsuyoshi qui parlait avec Tamori et se retourna vers le reste des artistes présents. Il les scruta un à un, perturbé, jusqu'à tomber sur Akanishi Jin, son ancien kohai, assis deux rangées derrière lui, aux côtés de KAT-TUN. L'ancien Johnny's était de passage au japon pour faire la promotion de son nouvel album, d'où sa présence sur le plateau du Music Station. Même éloigné, Koichi pouvait sentir la rage silencieuse de Ueda Tatsuya, contraint de supporter cette mascarade. Il était important de faire bonne figure, de montrer que les anciens partenaires s'entendaient toujours aussi bien. "Pathétique" pensa-t-il en adressant un sourire compatissant à son cadet. Il porta ensuite son attention sur l'homme qui le dévisageait sans vergogne depuis déjà plusieurs minutes.
 
Les regards se croisèrent une fraction de seconde avant que le KinKi Kids ne détourne précipitamment les yeux, effrayé par le désir ardent qu'il pouvait lire dans ceux de son vis-à-vis. Il avala difficilement sa salive. 
 
- Koichi ? L'appela Tsuyoshi. Tu pourrais écouter quand je parle quand même, lui reprocha-t-il en fronçant les sourcils.
- Mais je t'écoutais ! S'offusqua faussement le châtain.
 
Tsuyoshi plissa les yeux, peu convaincu. Il ne put cependant pas poursuivre la conversation, un "Stand by" raisonnant à son oreille. Il tapota la cuisse de son aikata et s'appuya sur elle pour se relever, faisant grimacer celui-ci. 
Koichi jeta une dernière œillade à son ancien kohai puis suivit docilement son partenaire.
 
     
***************************************************************************
***************************************************************************
 
Les jambes flageolantes, Koichi quitta la scène et se rendit aussitôt à la loge réservée aux KinKi Kids. Arrivé là-bas, il claqua la porte derrière lui et s'adossa à elle. Il resta ainsi quelques longues minutes, attendant que les battements de son coeur se calment. Pendant toute sa prestation, Jin ne l'avait jamais lâché une seule fois des yeux. Et son regard n'avait rien d'innocent. Il avait pu le sentir parcourir son corps de haut en bas. 
 
Epuisé, il se dirigea vers son sac en détachant les boutons de sa chemise. A la manière d'un automate, il se dévêtit et enfila ses vêtements habituels. Alors qu'il arrangeait brièvement ses cheveux rendus électriques par son changement de tenue, quelques coups furent frappés à sa porte. Pensant qu'il s'agissait de Tsuyoshi, il se contenta de grogner un "Entre" sans même prendre la peine de se retourner pour l'accueillir. La personne poussa la porte et pénétra dans la pièce. 
 
- Cela faisait longtemps, Koichi-sempai.
 
A l'entente de ces mots, le Johnny's sursauta et fit volte face. 
 
- Akanishi ?
 
Son interlocuteur lui adressa un sourire carnassier en refermant la porte derrière lui.
 
- Tu ne devrais pas être ici, lui reprocha le KinKi Kids en s'accroupissant pour ramasser son sac, voulant quitter les lieux au plus vite.
- Et pourquoi cela ? 
 
Koichi lui adressa un regard lourd de sens avant de se relever.
 
- Tsuyoshi-kun ne devrait plus tarder, éluda-t-il en posant son sac sur une chaise à proximité.
- Ca, j'en doute. Je l'ai croisé en venant, lui apprit Jin en s'avançant vers lui, il discutait avec Tatsuya.
- Si tu le dis, se rembrunit le châtain en enfilant son sweat-shirt. 
 
Le jeune marié l'observa faire avec attention, ne se gênant pas pour lorgner sur sa silhouette avantageuse.
 
- Vous avez maigri, ne put-il s'empêcher de constater à voix haute.
- Ah so, répondit le plus âgé, agacé en s'emparant à nouveau de son sac à dos. Si tu v-
- Allons manger un morceau, le coupa Akanishi. Histoire de vous remplumer un peu ...
 
Le comédien ricana en levant les yeux au ciel.
 
- C'est très aimable de ta part de t'inquiéter pour ma santé, Akanishi, mais vois-tu, j'ai d'autres projets pour ce soir.
- Ah ? Lesquels ? A mon souvenir, vous êtes bien la dernière personne à pouvoir opposer ce genre d'arguments, osa Jin en se positionnant devant lui, le dominant de toute sa hauteur.
 
Koichi fronça les sourcils. Force était de constater que son ancien protégé avait bien grandi. Il le dépassait à présent d'une bonne tête ... comme la plupart des autres Johnny's*. 
 
- Pan-chan m'attend, répondit-il néanmoins.
- Alors ... passons directement à la case "Love hôtel" pour que la gentille fille à son maître n'est pas à attendre trop longtemps. 
- Pardon ?! S'offusqua le plus âgé. Je ne sais pas à quoi tu joues Akanishi mais je te conseille de te taire et de te pousser de mon chemin-
- Il y a un resto sympa à quelques rues d'ici, s'entêta l'ancien Johnny's en faisant un pas de plus vers son sempai, réduisant la distance déjà courte qui les séparait. 
 
Koichi serra les poings, prêt à frapper son vis-à-vis. Alors qu'il levait l'un d'eux, la porte de la loge s'ouvrit soudainement, laissant apparaître un Tsuyoshi surpris. 
 
- Ano .., hésita celui-ci en s'avançant dans la pièce, je dérange ? 
- Tsuyoshi ! S'exclama aussitôt Koichi, soulagé.
 
Sans même un regard pour Jin, il contourna ce dernier et rejoignit son partenaire, un sourire resplendissant aux lèvres.
 
- Mange avec moi ce soir ! Gazouilla-t-il.
- Pardon ?! Répondit le second KinKi Kids, stupéfait.
 
Jin soupira bruyamment, leur rappelant sa présence.
 
- J'ai compris, s'exaspéra-t-il. Content de vous avoir revu Tsuyoshi-sempai, ajouta-t-il en s'inclinant brièvement. A une prochaine fois Koichi-san, termina-t-il en plongeant un instant son regard dans celui de son interlocuteur. 
 
Il quitta ensuite la pièce.
 
- Qu'est-ce qui lui prend ? S'étonna Tsuyoshi.
- Maah ~ Qui sait, lui répondit Koichi en tapotant son épaule. Jaa ne ~ 
- Eh ? Tu ne voulais pas qu'on aille manger ensemble ?
- J'ai changé d'avis ~
 

***************************************************************************
***************************************************************************
 
Vêtu d'une paire de tennis flashy, d'un baggy-jean déchiré et d'un sweat gris à capuche, Akanishi Jin leva son visage vers l'immense immeuble qui lui faisait face. Un large sourire aux lèvres, il marcha d'un pas rapide jusqu'à l'entrée du bâtiment, tint aimablement la porte à la jeune femme qui en sortait et y entra, soupirant de bonheur en sentant la chaleur des radiateurs parcourir son corps frigorifié par les basses températures du dehors. Il frotta ses mains en parcourant des yeux la liste des résidents de l'immeuble affichée à quelques centimètres de l'interphone, puis, sélectionna au hasard l'un des noms sur le boîtier. Après quelques sonneries, la voix d'une vieille femme se fit entendre. 
 
- Oui. Qu'est-ce que c'est ? 
- Bonsoir Madame, je suis livreur. J'ai une commande à vous remettre, mentit-il d'une voix enjôleuse. 
- Vous devez faire erreur. Je n'ai rien comman-
- En fait, j'étais censé le déposer chez votre voisin de pallier mais celui-ci ne répond pas. Je ne pourrais pas repasser demain alors, serait-il possible que je dépose le carton chez vous ? Ca m'arrangerait beaucoup ...
- ... Bien, je vous ouvre.
- Merci. Vous êtes très aimable.
 
Les yeux pétillants, Jin mordit sa lèvre inférieure pour s'empêcher d'éclater de rire. A l'entente du déverrouillage de la double porte transparente, il se hâta de s'engouffrer dans le deuxième hall de l'immeuble. Constatant que l'ascenseur était déjà occupé, il s'engouffra dans la cage d'escalier et s'empressa de grimper les deux étages qui le séparaient de son but. Une fois en haut, il traversa un étroit couloir aux couleurs ternes tapissé de moquette, les yeux rivés sur les numéros d'appartements. L'excitation s'emparait peu à peu de lui, le rendant euphorique. Cela faisait trois jours qu'il avait discuté avec son ancien sempai. Pendant tout ce temps, il n'avait fait que penser à lui. Résigné, il avait donc téléphoné à son manager pour qu'il le renseigne sur l'emploi du temps de KinKi Kids, prétextant vouloir organiser une rencontre avec ses anciens collègues. Koichi ne travaillait pas ce soir. Le connaissant, Jin savait pertinemment qu'il le trouverait chez lui*. L'homme avait la réputation de ne pas être très sociable et de préférer la compagnie de sa chienne et de sa manette à celle des Hommes. 
 
Son sourire s'élargit lorsque posa enfin les pieds sur le bon paillasson. Il extirpa rapidement le pack de bières qu'il venait d'acheter du sac en plastique blanc qui l'enveloppait et appuya sur l'interrupteur de la sonnette. Impatient, il n'attendit que quelques secondes avant de répéter l'action. Ce fut donc un Koichi furieux qui lui ouvrit. 
 
Afin de l'empêcher de crier, il tendit sa marchandise droit devant lui et poussa un Koichi trop surpris pour réagir vers l'intérieur du logement. Il referma la porte derrière lui d'un geste sec du pied. 
 
- Bonsoir Sempai, le salua-t-il ensuite en se déchaussant. Comment allez-vous ?
 
Après un instant de silence, le châtain sembla se ressaisir. Il balança sur le sol le pack de bières que Jin avait déposé d'office dans ses mains. 
 
- Qu'est-ce que tu fous là ?! 
 
Jin se contenta de lui sourire en envahissant son salon. 
 
- Bonsoir Paaan ! Gagatisa-t-il en gratouillant le haut de la tête de la chienne de Koichi, allongée sur le canapé, à côté d'une manette de jeu. Toujours aussi adorable ~ Tu me laisses une place ?
 
Sans attendre de réponse, il s'assit sur la canapé tout en continuant à caresser l'animal.
 
- A quoi jouez-vous ? Interrogea-t-il en fixant son attention sur l'écran de la télévision. 
- C'est une blague ? Souffla Koichi, resté immobile dans l'encadrement de la porte. 
- Vous me manquiez trop, minauda Jin en tournant son visage rieur vers lui. 
- Tu dépasses les bornes, menaça le KinKi Kids. Sors de chez moi tout de suite ou j'appelle les flics !
- Nous savons pertinemment tout les deux que vous ne le ferez pas, Koichi-sempai, alors venez donc vous asseoir, soupira l'ancien KAT-TUN en tapotant la place vide à côté de lui.
- Qu'est-ce que tu veux à la fin ?! S'énerva Koichi en s'avançant vers le canapé pour prendre sa chienne dans ses bras. 
- Ca me semble pourtant évident ...
 
Koichi fulminait. Il déposa son animal sur le sol de sa cuisine et referma la porte pour l'empêcher de les rejoindre. La chienne jappa tristement, fendant le coeur de son maître.
 
- Tu veux baiser, c'est ça ?! Cria celui-ci, furieux, en enlevant son T-shirt. 
 
Il jeta ensuite rageusement le vêtement sur le sol
 
- Eh bien soit, ajouta-t-il en baissant son jogging, ne restant plus qu'en caleçon. Amène-toi ! 
 
Jin arbora un sourire carnassier en s'approchant de lui à pas lent, l'acculant contre l'un des murs de la pièce.
 
- Vous pensez qu'agir avec tant de désinvolture me fera faire machine arrière ? Demanda-t-il goguenard. 
 
Déstabilisé, le plus âgé recula de quelques pas. Bien vite, son dos se retrouva collé au mur.  Jin enjamba les derniers mètres qui les séparaient et plaqua bruyamment sa main juste à côté de la tête de son aîné. Leurs corps se frôlaient sensuellement et leurs nez se touchaient presque. Le KinKi Kids pouvait sentir la respiration chaude de son kohai contre son visage. Pris au piège, il s'efforça de soutenir le regard de celui-ci.
 
- Vous avez tort, reprit Jin en collant leurs fronts. 
 
Koichi se raidit, surpris par la tendresse du geste. 
 
- Vous n'avez pas idée de ce que je ressens ... 
- Je le sens très bien contra ma cuisse, cracha le Johnny's en détournant le regard, écœuré. 
 
Ces mots acerbes eurent l'effet d'une douche froide sur l'homme marié qui s'éloigna aussitôt de lui.
 
- Vous ne savez rien ! Protesta-t-il, furieux.
- A quel sujet, je te prie ? L'interrogea son sempai, heureux de voir enfin l'assurance de son bourreau flanchée.  Le désir ? Cita-t-il en récupérant son t-shirt étalé sur le sol.
 
Jin le regarda faire, les poings serrés. Il n'aimait pas la tournure que prenait leur discussion. 
 
- Le sexe entre hommes ? Poursuivit le plus âgé en ré-enfilant le vêtement. Les relations intimes entre sempai et kohaï ?
 
A l'entente de ces mots, le teint de l'américanisé blêmit.
 
- Les relations entre ..., répéta-t-il, la gorge soudainement nouée.
 
Koichi s'immobilisa alors qu'il s'apprêtait à ramasser son pantalon. Il releva les yeux vers Jin mais les détourna aussitôt, comprenant ce qu'il venait de confesser sous le coup de la colère.
 
- Quel Kohai ? L'interrogea le jeune père d'une voix tremblante. De quoi parlez-vous ?
 
Sa respiration s'accéléra. Une douleur sourde s'insinua dans son coeur. Il ne voulait pas l'entendre ... il ne pouvait pas y croire. C'était un cauchemar ... Comment les choses avaient-elles pu déraper à ce point ?
 
- Vous aviez dit que vous ne toucheriez jamais un de vos kohaï, marmonna-t-il en sentant les larmes lui monter aux yeux. Que ce serait contraire à tous vos principes ...
 
Koichi, accroupis sur le sol, garda obstinément les yeux baissés. Son attitude ne fit qu'empirer la colère de l'ancien Johnny's dont les souvenirs et la douleur commençaient à prendre le pas sur la raison.
 
- QUI ?! Hurla Jin.
- C'était une erreur, avoua l'aîné en se relevant. Une erreur que je ne répéterai pas, ajouta-t-il en soupirant.
- QUI ?! Répéta à nouveau Akanishi en se rapprochant de lui, les poings serrés.
 
L'ancien J-Friends* mordilla sa lèvre inférieure, honteux. 
 
- Noon .. c'est pas, réalisa Jin en s'arrêtant. Ce n'est pas l'un d'eux, n'est-ce pas ? Insista-t-il alors que les visages souriants des membres de KAT-TUN se dessinaient dans son esprit.
- Ce ne sont pas tes affaires ! 
- Uso ...
 
Accablé, le chanteur solo s'avachit sur le canapé, le regard perdu. Son interlocuteur préféra s'adosser au mur, loin de lui. Les deux hommes restèrent silencieux un long moment. Seuls les jappements aigus de la chienne se faisaient entendre dans l'appartement. 
 
Jin ferma les yeux et inspira calmement, ne voulant pas céder à sa peine devant le KinKi Kids. Il s'était comporté comme le Roi des cons ... 
 
- J'ai appris que votre idylle avec Tsuyoshi-kun avait pris fin, annonça-t-il finalement en relevant la tête, après quelques minutes de réflexion. 
 
Le châtain garda le silence mais sur son visage, Jin pouvait aisément lire la nostalgie et la peine qu'il ressentait à l'évocation de sa précédente relation. 
 
- Mais je ne sais pas si je dois m'en réjouir ou non, continua-t-il néanmoins. 
- Aucun des deux j'imagine, ricana le plus âgé. Les déceptions amoureuses de tes potentielles conquêtes .. Ce n'est pas comme si cela t'importait. 
 
L'ancien Johnny's baissa les yeux, blessé. Il avait conscience de ne pas être un modèle en amour mais l'entendre dire par l'homme dont il était épris lui laissait un goût amer dans la bouche.
 
- Sauf quand il s'agit de vous, souffla-t-il.
 
Koichi arqua un sourcil et sourit, las.
 
- Que de belles paroles. Est-ce ton plan B ? Lorsque ta cible ne cède pas à tes avances. As-tu aussi eu recourt à elles pour séduire Meisa-chan ? Je me demande encore comment une femme comme elle a pu te succomber, dit-il en se remémorant l'époque où il avait travaillé avec la jeune femme.
- Je l'aime ...
- Alors ne la trompe pas ! S'emporta le Johnny's. 
- C'est ce que je fais ! Répliqua Jin en haussant le ton lui aussi. Je ne l'ai jamais trompé ! Pas une seule fois !
- Permets-moi m'en douter, ricana le KinKi Kids. Rappelles-moi un peu pourquoi tu es venu ici déjà ?
 
Jin entrouvrit la bouche mais la referma, ne trouvant rien à lui répondre. Pourquoi était-il venu ici ? Il n'en était pas certain lui-même. Le désir de voir son aîné l'avait guidé jusqu'à chez lui. Il avait embrumé son esprit à tel point qu'il en avait oublié tout le reste. 
 
- Akanishi ? 
- Je l'ignore ...
- Tu l'ignores ?
- Je ne sais pas ce que j'attends de vous ... que vous me repoussiez une bonne fois pour toutes ou que vous cédiez à mes avances ...
 
Koichi l'observa, surpris. Pendant de longues secondes, il le sonda du regard, jaugeant sa sincérité. Vaincu, il le rejoignit sur le canapé, ramassant au passage le pack traînant à l'entrée. Il en extirpa deux bières qu'il décapsula à l'aide de la fermeture éclaire d'un pull qui traînait sous les yeux étonnés de son ancien backdancer. Il lui tendit l'une des deux sans le regarder et but quelques gorgées de sa propre boisson.
 
- Meisa et toi avez des problèmes de couple, c'est ça ? Interrogea-t-il ensuite en posant sa bouteille sur la table basse devant lui. Il n'y a rien d'anormal à cela, Akanishi-kun.
 
Les yeux de l'américanisé s'écarquillèrent à l'entente de ce surnom. Cela faisait des années que personne ne l'avait appelé ainsi. 
 
- Tous les couples en ont un jour ou l'autre. Essayer de les oublier en fréquentant d'autres personnes n'est pas la solution. Je sais que je ne suis pas la personne la plus conseillée avec laquelle en parler mais si tu le souhaites-
- Meisa et moi n'avons pas de problèmes de couple, l'interrompit Jin en se positionnant face à lui, à nouveau sûr de lui.
- Mais alors ... pourquoi ?
 
L'ancien leader se tut quelques secondes, cherchant ses mots. Il n'avait plus le droit à l'erreur à présent. Dire la vérité était sans doute le plus sage. 
 
- Meisa est quelqu'un qui m'est cher, expliqua-t-il doucement. Je l'aime tendrement ...
- Je ne te suis pas, s'agaça Koichi en se massant l'arrête du nez. J-
- Mais je vous aime ardemment, ajouta l'ancien KAT-TUN.
 
Le plus âgé des deux secoua la tête de droite à gauche. 
 
- C'est ce qui différencie l'amour du simple désir, Akanishi-kun. 
 
Ledit "Akanishi-kun" fronça les sourcils. 
 
- Alors c'est que vous n'y connaissez vraiment rien à l'amour, Sempai ....
 
Koichi sourit tristement.
 
- Si seulement ... 
 
Jin avala difficilement sa salive. S'il n'avait pas un minimum de maîtrise, il aurait sans doute enlacé cet homme. Même après tant d'années, il ne supportait pas de le voir souffrir. 
 
- C'est justement parce que je l'ai perdu que j'ai fait la bêtise de coucher avec Kamenashi-kun.
- Kamenashi ? Répéta Jin. Vous .. vous avez couché avec Kazuya ?
- Nous étions ivres et ... Tsuyoshi et moi venions de rompre ... je me sentais seul ... je sais que je n'ai aucune excuse-
 
Jin abattit violemment son poing sur la table. 
 
- Akanishi ? 
- Uso, souffla le jeune père, les yeux écarquillés. Uso ... il- .. il ne peut pas .. je-
 
Inquiet, Koichi posa sa main sur son bras pour attirer son attention mais à peine l'eut-il touché que son Kohai se dégagea violemment de sa prise. Il se releva du canapé. Ses pupilles étaient dilatées et sa respiration anormalement bruyante. 
 
- Je sais que j'ai merdé, continua Koichi, mal à l'aide, en se penchant sur la table pour être plus proche de son interlocuteur. Je ne sais pas ce qui m'a pris ... 
 
Jin passa sa main gauche dans ses cheveux. Il semblait bouleversé.  
 
- Pas Kame, murmura-t-il d'une voix blanche. Pas lui ...
- Il était là et je ... nous étions ivre, répéta le KinKi Kids.
- Vous sûrement* ! Grogna l'ancien KAT-TUN.
- Eh ?
- Il faut que j'y aille, signala-t-il en se précipitant vers la porte d'entrée.
 
Il enfila à la va-vite ses chaussures sous les yeux éberlués de son aîné.
 
- Akanishi-kun ? Qu'est-ce qui te prends ?!
- Ce fumier ! Pesta Jin en ouvrant violemment la porte. 
 
Faisant fi des appels de Koichi, il quitta prestement l'appartement, les poings serrés et le regard haineux. 
 
En pantoufles, le KinKi Kids partit à sa poursuite. Jin ayant pris l'ascenseur, il s'élança dans la cage d'escalier. Il dévala difficilement les marches, prenant garde à ne pas basculer vers l'avant et sortit de son immeuble. Malheureusement, une fois dehors, il eut beau tourner frénétiquement la tête de droite à gauche, il ne parvint pas à repérer le silhouette de son kohai. Toujours au pas de course, il remonta à son appartement, attrapa son téléphone et composa le numéro de l'un de ses collègues.
 
- Takizawa-kun ?! Cria-t-il dans le combiné, la respiration saccadée. Il me faut l'adresse de Kamenashi Kazuya !! 


***************************************************************************
***************************************************************************

- Jin ? Marmonna Kazuya d'une voix ensommeillée en s'écartant pour laisser entrer son interlocuteur. Qu'est-ce que tu fais là ?
 - Enfoiré ! Cria Akanaishi en saisissant brusquement son ancien partenaire par le col de son pyjama.
 
D'un geste violent, il le plaqua contre le mur le plus proche.
 
- Pourquoi t'as fait ça ?! Cracha-t-il ensuite en resserrant sa prise sur son cou. Je te croyais mon ami ! J'avais confiance en toi ! 
- De- de quoi est-ce qu-
 
Ecoeuré, Jin lui asséna un coup de poing dans l'estomac, le faisant se plier en deux sous la douleur. Le KAT-TUN s'effondra à quatre pattes sur le sol, la respiration coupée.
 
- De quoi est-ce que je parle ? Ricana l'ancien Johnny's d'un ton méprisant. Laisse-moi te rafraîchir la mémoire sale traître : des galipettes au pieu avec un sempai, ça te dit quelque chose ?
 
Kamenashi redressa aussitôt la tête, surpris. 
 
- Eh oui, je sais tout, affirma le plus âgé, amer.
 
A présent bien réveillé, Kazuya baissa les yeux, honteux. Il avait espéré que son ami n'entende jamais parler de cette histoire. 
 
- Si tu savais à quel point je regrette, avoua-t-il piteusement en se tenant le ventre.
- Parce que ça ne te suffit pas de m'avoir poignardé dans le dos, il faut en plus que tu enfonces le clou ! Grogna Jin en s'apprêtant à lui donner un coup de pied dans les côtes. 
- Nous étions ivres ...
- Et ? L'interrogea le jeune marié en s'accroupissant pour être à sa hauteur. Une goutte d'alcool et tu oublies des années d'amitié ? Quel ami formidable tu fais là, Kamenashi-san. Tu me dégoûtes, fulmina-t-il en se redressant. 
 
Le coeur lourd, il tourna les talons et se dirigea vers la porte d'entrée.
 
- Je voulais savoir, révéla néanmoins Kamenashi en s'asseyant lentement en tailleur sur le sol. Je voulais comprendre ... 
- Comprendre quoi ? L'incita à continuer Jin sans pour autant lui faire face.
- Comprendre "Pourquoi lui ?"
 
Intrigué, Jin daigna se retourner vers lui, faisant dos à la porte encore ouverte. Ainsi positionné, il ne vit ni n'entendit Koichi arrivé. Comprenant la situation, le comédien s'adossa silencieusement au mur extérieur de l'appartement.
 
- Au début ... quand tu m'as parlé de tes sentiments, expliqua Kamenashi d'une voix chevrotante, j'ai pensé que c'était un amour sans lendemain, une envie fugace de braver les interdits posés par la Johnny's, voire même un simple désir sexuel .... mais quand tu as commencé à sérieusement déconner, j'ai compris que c'était bien plus que ça ...
 
Quelques larmes commencèrent à couler le long des joues du KAT-TUN. Cela faisait trop longtemps qu'il taisait ses sentiments, trop longtemps qu'il endurait cette souffrance. Jin le contempla silencieusement en fronçant les sourcils. Les mots de son cadet raisonnaient dans sa tête. Plus il se les remémorait, plus la culpabilité s'installait en lui. Il avait également peur, horriblement peur car les non-dits sous entendu dans ces mots risquaient de changer à jamais leur relation.
 
- Quand j'ai commencé à déconner ? Répéta-t-il en s'approchant de lui, méfiant.
- Je ne parle pas de l'époque où tu cherchais constamment le conflit avec lui, explicita le châtain. Je suppose que tu essayais juste de renier cet amour à ta façon.
 
Jin détourna les yeux. Il n'avait jamais osé dire à Kamenashi ce qu'il s'était réellement passé entre lui et Koichi. S'il l'avait fait, cela leur aurait  éviter bien des souffrances. 

- Je parle de ton départ de KAT-TUN, de ta renonciation à être un Johnny's alors même que depuis notre plus jeune âge tu ne rêves que de l'être et de le rester.
- Il n'a rien à voir avec ça, grogna Jin.
- Tu plaisantes ? Pouffa Kazuya. Il en est le déclencheur. 
- J'ai quitté KAT-TUN car je voulais être en solo, j'ai quitté la Johnny's parce que Meisa était enceinte. Rien de plus, rien de moins, le détrompa Jin. 
- Pas de mon point de vue, murmura Kamenashi en souriant doucement. Tu as quitté KAT-TUN en 2010 pour fuir des souvenirs trop douloureux. Voir les membres du groupe te rappelait sans cesse les moments que tu avais partagé avec Koichi-kun à l'époque où nous étions ses backdancers .. c'était insupportable, n'est-ce pas ? L'interrogea-t-il en essuyant ses larmes d'un revers de main. De t'en rappeler alors que toute la Johnny's ne parlait que de sa potentielle relation avec Nagase-kun.
 
Jin baissa la tête.
 
- Tu as quitté la Johnny's pour tirer un trait sur lui parce que -Kamenashi eut un hoquet- parce que tu savais que tu n'aurais pas l'ombre d'une chance face à Tsuyoshi-kun. Tu as couché avec Meisa parce que tu souffrais ... Théia était l'opportunité rêvée pour échapper à cette douleur.  
- J'aime ma famille, Kazu.
- Je sais, lui confia Kamenashi. Tu es un père exemplaire et un mari fidèle mais cela ne change rien à tes sentiments. Tu n'as rien fait de mal Jin, lui assura-t-il. Tomber amoureux n'est pas un choix.
- Je pensais que m'éloigner les ferait disparaître, avoua Jin après un instant d'hésitation. 
- Ce n'est pas aussi simple.
- Meisa mérite mieux ... 
- Tu es un homme merveilleux, n'en doute jamais ! 
 
Jin sourit doucement, amusé et touché par l'élan de colère de son ami.
 
- Ne ... pense-tu que si je l'avais rencontré avant lui, les choses auraient tourné autrement ?
- Peut être ... 
- Je pense que je serais quand même tombé amoureux de lui .. c'est bizarre, hein ?
- Pas tellement. Beaucoup croit au destin.
 
Akanishi hocha la tête.
 
- Depuis quand -Kamenashi se racla la gorge- Quand as-tu su que tu l'aimais ? Tu ne me l'as jamais vraiment dit.
- Parce que c'est difficile à dire, soupira l'ancien Johnny's en se massant l'arrête du nez. 
 
Il s'assit sur le bord du sofa, fatigué de se tenir debout.
 
- Tu vas trouver ça stupide ...
- Jamais, souffla Kazuya en s'agenouillant devant lui. Dis-moi, l'encouragea-t-il. Ca te fera du bien.
 
Jin détourna les yeux. Il inspira un bon coup, laissant ses souvenirs l'envahir, puis expira bruyamment.
 
- Un soir, à l'époque où nous jouions dans SHOCK, alors que vous étiez tous rentrés chez vous, j'ai dû retourner au théâtre Impérial seul, commença-t-il, les yeux embués. J'avais oublié mon portable là-bas ... Je l'ai trouvé endormi profondément sur la scène, un script griffonné posé à côté de lui. Je ne sais pas pourquoi mais ... on avait peu d'occasions de voir un sempai ainsi alors, je me suis approché de lui. J'ai immédiatement été frappé par sa beauté, par l'innocence qui se dégageait de lui à cet instant précis. C'est la première fois que j'avais ce genre de pensée envers un autre homme mais .. juste après je-
 
Au bord des larmes, le trentenaire arrêta son monologue pour prendre une profonde inspiration. 
 
- Juste après quoi ? l'incita à poursuivre Kamenashi en posant sa main sur l'un de ses genoux pour le réconforter.
 
Akanishi plongea son regard dans le sien.
 
- J'ai remarqué la maigreur de ses jambes, la noirceur de ses cernes et la pâleur de son teint. Il n'avait plus rien du sempai strict et irréprochable qui nous entraînait chaque jour. Il paraissait si fragile ... je -Jin mordilla sa lèvre inférieure, incertain.- J'avais cette envie incompréhensible de le protéger ... C'est risible, non ?
 
Kamenashi secoua négativement la tête.
 
- Ce n'est pas stupide, Jin, loin de là ... c'est même le contraire. 
- Merci ..
 
Après un instant d'hésitation, Jin se décida à reprendre la parole.

- Kazu, commença-t-il sur un ton incertain, par moments, j'ai l'impression que tu me connais mieux que je ne me connais moi-même.
 
Kame lui sourit tristement.
 
- Je t'ai beaucoup observé, avoua-t-il.
- Est-ce que tu ...
 
Le plus jeune hocha la tête, la boule qui se formait dans son estomac l'empêchant de parler.
 
- Je vois ... je suis désolé de n'avoir rien remarqué, Kazu, s'excusa l'ancien Johnny's en baissant la tête.
 
Le KAT-TUN soupira en rosissant. 
 
- Tu n'as rien à te reprocher, opposa-t-il. C'était mon choix.
- Alors que pendant tout ce temps, tu m'as écouté patiemment déballer mes déboires amoureux, moi je-
- Ca m'a rendu heureux, le détrompa Kamenashi, que tu aies assez confiance en moi pour me confier tes secrets les plus intimes. 
 
Jin acquiesça d'un signe de tête. 
 
- Je suis désolé d'avoir couché avec lui, ajouta Kazuya en entortillant ses doigts, mal à l'aise. Il noyait son chagrin dans l'alcool ... ça m'a fait mal de le voir piétiner tes sentiments même s'il n'avait pas conscience de le faire. Il n'avait d'yeux que pour Tsuyoshi alors que tu l'aimais depuis tant d'années. Je lui en voulais d'être aussi aveugle.
- Il n'était pas aveugle Kazu, l'interrompit doucement le jeune papa. Il est au courant des sentiments que j'éprouve pour lui depuis longtemps. 
 
Kamenashi écarquilla lentement les yeux.
 
- Je lui ait tout avoué quand nous étions jeunes, poursuivit l'américanisé, Quand mon amour et mon désir pour lui sont devenus trop difficile à retenir. Je suis allé le voir dans sa loge après un Domoto Kyoudai et je l'ai embrassé par surprise mais il m'a fermement repoussé. Il ne s'est pas contenté d'évoquer nos statuts, il a clairement dit ne pas être intéressé par moi. Je comprends à présent pourquoi il s'est montré aussi sec mais ce jour-là .. ça m'a fait tellement mal de l'entendre le dire .. J'ai cru mourir. Je n'ai jamais réussi à t'en parler .. je suis désolé.
- C'est pour que tu ..
 
Devinant sans mal la fin de sa phrase, Akanishi approuva d'un signe de tête.
 
- Oui, c'est pour ça que je suis devenu infernal avec lui. Je l'ai haï pendant longtemps après ça ... je le haïssais autant que je l'aimais. Aujourd'hui encore, alors que j'ai une femme et une fille formidables, je suis incapable d'oublier ces sentiments. 
- Jin ...
- Quand on s'est revu, je n'ai même pas réussi à me maîtriser. Je me suis comporté comme un c***. Je ne voulais pas qu'il me voit comme ça ... J'aurais dû prendre mes jambes à mon coup quand le Music Station m'a averti du changement d'invités ...  Et comme un beau salop, je te parle de ça à toi. Je suis d-
 
Son ancien partenaire posa délicatement son doigt sur ses lèvres pour le faire taire.
 
- Je comprends. Je sais ce que tu ressens.
 
Il s'insinua entre les jambes de son ancien partenaire, assis sur le rebord du canapé, et se redressa sur ses genoux pour pouvoir l'enlacer. Il passa ses bras autour de son bassin et posa sa tête sur son torse.

- Ca me fait mal, Kazu, ça me fait mal de le savoir si proche et en même temps si loin ... 
 
De l'autre côté du mur, Koichi resta les observer encore quelques instants, peiné, puis quitta silencieusement l'appartement.

 
***************************************************************************
***************************************************************************
 
Jin prit une profonde respiration et toqua à la porte. 
 
- Il n'y a personne.
 
Surpris, il se retourna et tomba nez-à-nez avec un Koichi à la mine fatiguée. Celui-ci s'approcha et ouvrit la porte. Il y entra, actionna l'interrupteur, et invita d'un signe de main son ancien kohai à le suivre. 
 
- Que veux-tu ? L'interrogea-t-il ensuite en déposant son sac sur une chaise. 
- M'excuser. 
 
Le plus âgé tourna son visage vers lui, surpris. Jin s'avança dans sa direction pour ne laisser entre eux quelques dizaines de centimètres.
 
- Je suis désolé, marmonna-t-il en s'inclinant respectueusement, aussi bien pour mon comportement de ces derniers jours que pour celui que j'ai eu étant enfant. 
 
Koichi sourit, feignant l'amusement et le soulagement. L'illusion aurait pu être totale si ses yeux n'avaient exprimé autant de tristesse et de culpabilité.
 
- Maaah ~ Je suppose que tu n'y pouvais rien. Je suis irrésistible, plaisanta-t-il en lui tapotant l'épaule avant de pivoter vers la table de travail pour atteindre une bouteille d'eau. 
 
Sans lui laisser le temps d'en attraper une, Akanishi se colla à son dos. Il passa ses bras autour de son bassin et l'étreignit. 
 
- Juste un instant, le supplia-t-il en le sentant se raidir contre son corps. Je ne vous demanderai rien d'autre ...
 
Après un instant d'hésitation, Koichi se détendit, appréciant la chaleur du corps de son kohaï contre le sien. Serein, il ferma les yeux. Bien vite, il sentit quelques gouttes d'eau s'écraser sur la peau sensible de son cou. Son coeur se serra douloureusement dans sa poitrine mais il ne dit rien. En revanche, il posa ses mains sur les siennes dans un geste timide pour lui apporter un semblant de réconfort. Ils restèrent ainsi enlacés silencieusement pendant de longues minutes. 
 
- Sois un bon père, murmura finalement Koichi, et un bon mari.
 
Il sentit son kohaï acquiescer d'un hochement de tête. Alors, lentement, il se détacha de lui et se retourna pour lui faire face. Il posa sa main sur sa joue, rapprocha leurs visages et l'embrassa délicatement. Jin se laissa docilement manipuler, trop surpris pour réagir. Ce n'est que lorsqu'il sentit une langue caresser ses lèvres qu'il reprit ses esprits. Aussitôt, il entreouvrit les lèvres, répondant au baiser désiré depuis tant d'années. Il laissa sa langue s'enrouler autour de celle de son aîné en gémissant faiblement. Il glissa à nouveau ses bras autour de lui et rapprocha leurs corps. Leurs langues s'apprivoisèrent, entamant un ballet dont elles seules connaissaient les pas. 
 
Koichi se retira après quelques instants, la respiration chaotique. Il sourit tristement, contourna Jin, et quitta la pièce sans se retourner. Il marcha jusqu'à la loge de son ancien amant et y rentra sans prendre la peine de frapper. Il y trouva Tsuyoshi, assis sur un petit canapé, entrain de feuilleter un magazine de mode. Ne lui laissant pas le temps de parler, il le rejoignit en quelques enjambées, et s'installa sur le sofa, blotti contre lui. Il enfouit son visage contre son torse et prit une profonde respiration, s'enivrant de son odeur.
 
Tsuyoshi le contempla quelques instants, surpris, avant de poser le magazine qu'il tenait à côté de lui pour l'étreindre à son tour. Les explications pouvaient attendre ... 
 
***************************************************************************
 
- Hey ~ Comment ça va ma chérie ? Interrogea Jin d'une voix enjouée en rapprochant son téléphone de son oreille. Je vais rentrer un peu plus tôt aujourd'hui, j'ai fini ma journée, expliqua-t-il en essuyant les dernières traces de ses larmes. Je t'aime ...


The End ~


Revenir en haut Aller en bas
http://johnny-s-love.skyrock.com/
 
[OS] Love is ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Johnny's Fansub :: OS-
Sauter vers: